Skip Navigation
UT wordmark
College of Liberal Arts wordmark
frenchitalian masthead frenchitalian masthead
David Birdsong, Chair 201 W 21ST STREET STOP B7600, HRH 2.114A, AUSTIN, TX 78712 • 512-471-5531

Faculty and Graduate Student Colloquium

Mon, October 8, 2012 • 4:00 PM - 6:00 PM • HRH 2.118

db-image

Bryan Donaldson and Anna Troyansky

Faculty and Gradute Student Colloquium
Monday, October 8, 4:00 PM
Department of French and Italian Lounge

NOTE: Both talks will be in French.
Refreshments will be served.


Bryan Donaldson: Subordonnées initiales en ancien français : syntaxe et sémantique
 
Cette communication traite d’un cas de variation syntaxique en ancien français, langue à verbe second (V2) en ce sens que leverbe occupe d’ordinaire la deuxième position phrastique dans les déclaratives principales. Parmi les divers types de syntagme qui peuvent saturer la première position se trouvent des phrases subordonnées circonstancielles introduites par quant (‘quand’), se (‘si’), ainz que (‘avant que’), por ce que (‘parce que, pour que’), etc. Cependant, ces subordonnées peuvent également se situer hors de la principale, dans la périphérie gauche de celle-ci. Selon Grad (1961), Skårup (1975) et Combettes (2010, la valeur sémantique de la subordonnée initiale varie en fonction de sa position à l’intérieur ou à l’extérieur de la principale. En revanche, dans la présente étude sur corpus, le sémantisme de la subordonnée n’a qu’une faible valeur prédictive sur la position syntaxique. Les données proviennent de dépouillements complets de 30 textes allant de 980 à 1308. Je suggère que la variation dans la position syntaxique des subordonnées initiales est due en grande partie à des  changements dans la grammaire V2 de l’ancien français au cours du 12ème siècle.

 

Anna Troyansky: A-t-il été ou Est-il allé ?  Etude de variation lexicale dans le français du XIX siècle

Cette communication sociohistorique portera sur la variation dans l’usage des verbes aller ou être au passé suivis (1) d’un lieu ou (2) d’un verbe à l’infinitif, comme dans les phrases:

1.         a. Je suis allé à la pension.                  b.  J’ai été à la pension.
2.         a. Je suis allé voir Victor.                   b.  J’ai été voir Victor.
Le XIXe siècle est une période où il paraît qu’il n’y a plus de valeur sémantique qui distingue les variantes aller et être l’un de l’autre et que le registre devient de plus en plus important, où aller représente le standard et être est  associé au langage familier, ce qui est le cas actuellement en France.   Ce travail exploite le corpus informatisé «Le projet Esternay » qui rassemble plus de 1.000 lettres écrites et/ou reçues entre 1800 et 1897 par quatre générations d’une famille.  Une analyse quantitative d’occurrences révèle qu’il y a des gens qui se servent uniquement d’être, d’autres uniquement d’aller, et encore d’autres qui utilisent les deux dans des proportions différentes.  De plus, les résultats montrent un changement en cours au sein de la famille.  Une analyse qualitative dresse le profil des "innovateurs" et "conservateurs" dont l’usage élucide la variation, compte tenu des facteurs tels l’âge, la génération, le sexe, l’éducation, l’assiduité scolaire et la profession.


Bookmark and Share
bottom border